Thierry Orosco/Jean-Michel Fauvergue, quand les anciens patrons du GIGN et du RAID passent aux aveux !

Please log in or register to like posts.

2012 marquait avec Mohammed Merah la naissance d’une nouvelle forme de terrorisme où, tapi dans l’ombre, un « loup solitaire » passé sous les radars des services de renseignements sortait du bois pour frapper aveuglément, semant la mort au nom d’un extrémisme religieux. Depuis, de la tuerie de Charlie Hebdo, à la nuit apocalyptique parisienne de novembre 2015, du camion meurtrier de La Promenade des Anglais à Nice à la prise d’otages de l’hyper Cacher jusqu’à la récente horreur de la décapitation de l’enseignant Samuel Paty, ces atrocités, relayées en directe par les chaînes d’informations en continu, sont tragiquement venues endeuiller notre société en état de choc. C’est dans ces moments de tension extrême, face à des individus à la détermination sans limites, que les hommes du RAID et du GIGN entrent en scène. Respectivement anciens patrons de ces unités d’élite, Jean-Michel Fauvergue et Thierry Orosco lèvent, dans un livre confession, le voile sur ces deux véritables institutions dont ils ont été aux commandes, indispensables remparts face au terrorisme. À l’assaut !

« Avant Merah et le fait d’analyser ce qu’il se passait à l’étranger, on ne savait pas que le but de ces islamistes était d’aller jusqu’à la mort, une mort souhaitée et qui change la donne. »

La réunion des anciens patrons du Raid et du GIGN dans un ouvrage sous forme d’entretien, c’était un moyen de rassembler deux unités d’élite qu’inconsciemment on oppose ?

Thierry Orosco : Ce livre est tout d’abord une manière naturelle d’échanger entre deux personnes qui ont un vécu particulier tout en montrant, comme vous le disiez, qu’il existe des clichés qui ont la vie dure sans être nécessairement avérés. L’important est de mettre en lumière le fait qu’entre GIGN et RAID, il est primordial de travailler de concert.

Jean-Michel Fauvergue : Il faut savoir qu’en France existent deux unités nationales d’intervention, une pour la police (le RAID) et l’autre pour la gendarmerie (le GIGN). Ce sont deux unités très connues tout autant au niveau national comme à l’international. Il était intéressant de regrouper dans un même ouvrage ces deux unités que l’on a trop souvent tendance à opposer. Plus que les facteurs d’opposition, c’est le rapprochement entre GIGN et RAID que nous souhaitions Thierry et moi mettre en exergue dans ce livre sur deux unités dont nous avons été à la tête au même moment.

Un point semble pourtant vous unir, c’est une admiration tout autant qu’une crainte voire une défiance vis-à-vis de ces deux unités d’élite que sont le RAID et le GIGN. Comment expliquer ces deux sentiments mêlés ?

Jean-Michel Fauvergue : Je pense qu’il y a plus d’admiration que de défiance vis-à-vis de ces deux unités d’élite de la part de la population. Cette défiance, on la ressent surtout actuellement concernant les forces de police. Dans l’inconscient comme dans le conscient collectif d’ailleurs, le GIGN et le RAID représentent des images fortes surtout depuis la vague d’attentats qui, depuis 2012, touche notre pays. Ces deux unités sont donc devenues des emblèmes sur lesquels les français se reposent et se rassurent. Lorsque la peur de l’attentat le plus sanglant existe, avec des images horribles encore en tête, faire appel au RAID ou au GIGN permet de sécuriser la population tout autant que les décideurs politiques, conscients de pouvoir compter sur ces deux unités en cas de force majeure.

Le GIGN, c’est la gendarmerie, donc l’armée là où le RAID, c’est la police. Cette donnée explique-t-elle les différences de fonctionnement entre ces deux unités ?

Thierry Orosco : Certainement ! La police comme la gendarmerie ont chacune leur histoire, leur culture et le GIGN comme le RAID ne sont en définitive que des émanations de leurs propres institutions. Elles sont faites d’ailleurs d’abord pour évoluer au sein de leur institution avec des forces venant respectivement de la gendarmerie ou de la police. Il est donc normal que chacun aborde les choses de manière spécifique mais l’important est que l’objectif, lui, demeure commun.

Jean-Michel Fauvergue : Effectivement, ces deux unités sont issues du biotope ambiant, c’est-à-dire la police et la gendarmerie. Ceux qui rentrent au RAID doivent avoir effectué un minimum de cinq années au sein de la police nationale avant de pouvoir prétendre passer des tests extrêmement sélectifs et espérer intégrer notre unité. Nous disposons donc d’un vivier au sein duquel nous allons puiser ceux qui vont, de par leurs aptitudes, pouvoir intégrer le RAID. Il y a donc deux cultures bien distinctes entre celle de la police, plus civile et celle de la gendarmerie, qui s’inscrit dans la militarité et qui, au niveau le plus haut que représente ces deux unités, doivent pouvoir, non pas fusionner, mais se compléter. Lorsqu’avec Thierry nous nous sommes connus alors que nous dirigions nos unités respectives dans des période extraordinaires dans le sens étymologique du terme, nous avons souhaité, ensemble, répondre à ces défis, prenant conscience que nous allions avoir besoin l’un de l’autre.

« Délibérer est le fait de plusieurs, décider est le fait d’un seul » disait Napoléon. Quand la décision peut avoir des conséquences désastreuses, sauver ou coûter des vies, faut-il être le plus froid possible pour analyser la situation sans affect aucun ?

Thierry Orosco : Nous sommes avant tout des hommes avec des émotions. Ce qui est certain, c’est que dans les moments les plus difficiles, le fait de délibérer entre des gens qui partagent la vie au sein d’une même unité et ont donc confiance les uns envers les autres, c’est de nature à nous rassurer en tant que patron lorsque vient la prise de décision. Une prise de décision n’est par essence jamais une chose simple car elle peut, comme vous le disiez, mettre en danger la vie de personnes dont notre mission première est de les sauver. C’est pour cela que nous sommes nommés patrons de ces unités d’élite, pour cette aptitude à un moment précis à prendre une décision en l’assumant pleinement. Que l’on soit patron du RAID ou du GIGN, dans les moments difficiles, on a aussi à informer le décideur supérieur, qui peut être le décideur politique, des avantages et des inconvénients de cette prise de décision. Il faut donc être capable de former au mieux le décideur final afin de le préparer à sortir du monde de l’émotion pour celui de l’efficacité.   

Thierry Orosco, je rebondis sur vos propos puisque dans le livre que vous venez de publier avec Jean-Michel Fauvergue, vous dites que « l’échec tactique est toujours un échec politique. » Il vaut donc mieux faire connaissance avec son décideur avant la crise que pendant afin d’éviter justement que votre phrase ne prenne tout son sens ?

Thierry Orosco : On devrait d’ailleurs suivre selon moi l’exemple des britanniques dans ce domaine. Eux ont l’habitude de réaliser ce genre d’exercices préalables à une vraie crise. Ils impliquent en amont tous les niveaux décisionnaires qui doivent, le moment venu, jouer un rôle décisif. Ce faisant, on arrive plus facilement à comprendre la raison pour laquelle on va nous imposer telle solution plutôt qu’une autre. Il vaut mieux prendre en compte cette dimension avant le moment de crise où là, on intégrera une émotion qui viendra forcément perturber le cycle décisionnaire.

Le chef du RAID est choisi par le ministre de l’intérieur. On vous a, Jean-Michel Fauvergue, vu énormément pendant la période des attentats de 2013 et 2015 en compagnie du ministre de l’intérieur de l’époque, Bernard Cazeneuve. L’enjeu et même la dimension politique d’un poste de patron du RAID ou du GIGN sont-ils des éléments à intégrer dès le départ ?

Jean-Michel Fauvergue : Bien évidemment, cela fait partie du processus de décision. Décision vient du latin decisio qui signifie trancher. À chaque situation de crise, on se trouve face à la nécessite de faire un choix et, forcément, il faut essayer d’opter pour celui qui nous semble être le meilleur. La décision, elle se prépare en amont car, autour de vous, nous disposons des meilleurs spécialistes, choisis pour leurs compétences et leurs aptitudes toutes particulières. Ces unités d’élite s’entrainent et répètent des scénarios dans lesquels nous allons intégrer des éléments improbables afin de voir leur capacité de réaction. Au RAID, nous avons un processus que l’on appelle le management de cœur, le commandement de guerre et le RETEX (retour d’expérience). Ce processus, qui n’est pas linéaire mais se veut un cercle vertueux, est à l’image de celui de la vie avec l’avant, le pendant et l’après. En effet, le retour sur expérience va nourrir le management de cœur qui consiste à savoir analyser la menace face à laquelle on est confronté. Cette donnée est aussi valable pour une entreprise qui, par exemple, doit être à même d’analyser le marché sur lequel elle se trouve. Aujourd’hui, avec les terroristes islamistes, la menace a changé. Avant Merah et le fait d’analyser ce qu’il se passait à l’étranger, on ne savait pas que le but de ces islamistes était d’aller jusqu’à la mort, une mort souhaitée et qui change la donne. Là où auparavant la négociation représentait un élément important, aujourd’hui, on ne négocie plus avec ces islamistes. On a abandonné cela tout simplement car, comme on n’a pu le voir, ils ne se rendront pas et la tentative de négociation est alors une simple perte de temps. Ce management de cœur qui correspond à la préparation de l’action est une phase capitale. C’est un avant qui nous permet de travailler sur la stratégie globale et la maîtrise de l’action, les process d’interventions. Cette expertise se mélange avec la stratégie et permet de faire évoluer les choses. Dans le deuxième temps, celui de l’action pour lequel vous avez cité Napoléon, la décision n’appartient qu’au chef qui se doit de trancher. Autant cette décision est réfléchie et prise avec nos hommes, autant on doit également la préparer afin qu’au-dessus de nous, elle soit comprise par les décideurs. Je peux vous le dire aujourd’hui, le politique a besoin d’être éclairé. Quand vous dites à un ministre de l’intérieur comme l’était Bernard Cazeneuve : « Monsieur le ministre à partir de demain, lorsque l’on aura ce cas de figure, on ne négociera plus ! » Et bien il faut lui faire ingérer et digérer ce facteur en lui expliquant que toute négociation ne mènera à rien et que cette perte de temps mettra en péril la vie des otages tout en laissant au terroriste la possibilité de communiquer ou de placer des charges explosives. Le ministre de l’intérieur doit donc pouvoir se dire que les chefs opérationnels du GIGN et du RAID ont raison dans ces domaines qu’ils maîtrisent et qu’il doit donc s’appuyer sur leur savoir.

Vous dites qu’une décision se réfléchit, se mûrit avant un assaut. Parfois pourtant, comme ce fût le cas pour l’hyper Cacher, la donne change en une fraction de seconde lorsqu’en raison de la sortie suicidaire des frères Kouachi, vous avez dû agir plus rapidement que prévu afin d’éviter que Coulibaly ne venge la mort de ses comparses en tuant des otages. Il y a donc là un impondérable qui modifie cette prise de décision ?!

Jean-Michel Fauvergue : La prise de décision modélisée était déjà engrangée et je savais, grâce à toute la préparation dont je vous ai parlé, ce que nous allions faire et qu’il y aurait un assaut. Après, c’est le temps de cette décision qui, en effet, est assujettie à des impondérables et peut donc varier en fonction d’une situation qui s’avère changeante. Ces unités-là et leurs commandements sont faits pour justement avoir une faculté d’adaptation et être susceptibles de se confronter à une réalité qui se modifie.

Le terrorisme existe depuis des décennies mais il a pris, depuis Mohammed Merah puis les frères Kouachi, une toute autre forme avec ce que l’on nomme des loups solitaires. Vous qui avez vécu ce basculement avec la tuerie de Charlie Hebdo et la prise d’otages de l’Hyper Cacher, comment s’adapte-t-on à cette mutation du terrorisme fait de petits délinquants qui, du jour au lendemain, radicalisés et prêts à mourir, basculent dans le terrorisme et deviennent les ennemis public numéro 1 ?

Thierry Orosco : Il y a effectivement eu un changement mais ce changement ne nous a pas surpris. On l’avait vu venir et il était apparu peu à peu dans des pays certes lointains de la France mais qui nous laissaient présager que ce type de menace allait également arriver sur notre sol. Nous nous y étions donc préparés car le rôle du primo intervenant était en train de redevenir fondamental. Il est intéressant de voir la raison pour laquelle l’adversaire a changé ses modes d’action. Nous étions avant cela sur des modes très complexes et des opérations qui demandaient beaucoup de temps de préparation, une véritable infrastructure, de gros moyens financiers qui obligeaient les terroristes à s’entrainer à bénéficier d’une logistique… Tout cela laisse des traces ou des fils que les services de renseignements sont à même de tirer et qui peuvent nous donner des éléments pour agir en amont d’un attentat. Ce mode de fonctionnement était vrai pour les terroristes qui bénéficiaient d’une assise territoriale que ce soit en Afghanistan ou en Syrie. Bien installées dans des pays, les organisations terroristes commencent alors à exporter du terrorisme que l’on qualifiera de complexe. Le fait que les armées aient réussi à réduire ces champs territoriaux fait qu’aujourd’hui nous sommes plus face à un terrorisme d’inspiration. Faute de pouvoir envoyer sur un territoire des gens formés pour perpétrer des attentats, ils tentent de convaincre à distance des gens que leur cause est juste et ainsi les endoctriner.

C’est ce que l’on a vu avec l’assassinat de Samuel Paty ou les attentats de Nice ?!

Thierry Orosco : Oui et là il faut se demander ce que l’on n’a pas su saisir. C’est le rôle des services de renseignements. On se rend alors compte que le fameux loup solitaire n’est peut-être pas si solitaire que cela ! Au niveau de l’intervention, on constate que le temps d’action est le plus court possible entre ce terrorisme d’inspiration et le passage à l’acte, ce qui complexifie la donne. Pour lutter contre cela, on ne peut y parvenir que s’il y a des gens qui agissent déjà sur le terrain. C’est d’ailleurs ce que l’on avait développé avec Jean-Michel en disant que les forces d’action pour lutter contre le terrorisme ne pouvaient pas se limiter au RAID et au GIGN. Nous avions en ce sens commencé à délocaliser des antennes de nos unités dans toute la France afin de raccourcir le temps d’intervention des unités. Puis, on s’est dit que les policiers et les gendarmes devaient eux aussi être à même de pouvoir répondre à ce type de menace terroriste. On constate d’ailleurs aujourd’hui avec les récents attentats que même le policier municipal est susceptible d’intervenir là où, il y a dix ans, il était totalement en dehors d’une quelconque réflexion pour tenter d’endiguer un attentat. Aujourd’hui, c’est une réalité à laquelle tout le monde s’est préparé. Cela ne va bien sûr pas condamner les unités d’intervention qui resteront le centre d’analyse et seront déployées de fait sur des opérations complexes qui, dès demain, peuvent ressurgir.

Il régnait avant 2012 autour de vos unités une sorte de halo de mystère. Pourtant, surtout depuis les actes terroristes de 2013, on a pu constater, avec les chaîne d’infos en continu et la suprématie des réseaux sociaux, que vos unités étaient plus que jamais sous les feux des projecteurs. Cela vous a-t-il posé problèmes pour mener à bien des opérations, les chaines divulguant par exemple aux terroristes des informations qui étaient susceptibles de mettre en danger vos assauts, renseignant par exemple sur vos positions ?

Jean-Michel Fauvergue : Vous avez raison. On a vu surgir les informations en continu et, dans la problématique actuelle, c’est le citoyen qui prend des vidéos et les postent instantanément de manière informative. Après, il y a également aujourd’hui un autre problème avec les actes malveillants qui visent à filmer les policiers pour ensuite les rechercher et leur créer des dommages à eux comme à leur famille. C’est ce que l’on tente d’éviter. Concernant ce type de journalisme intrusif, oui il nous a bien sûr posé des problèmes. Je vais vous donner un exemple précis. Lorsque je décide de donner l’assaut à l’hyper Cacher, on doit faire exploser la porte arrière avant le « top assaut ». Cette explosion était destinée à faire diversion et à créer une brèche pour que la BRI engage le tir. Quand il a fallu fixer les explosifs sur la porte, si nous avions été comme c’était le cas avant cette omniprésence des chaînes d’infos en continu, en secteur isolé et non filmé, nous aurions eu tout le temps nécessaire pour positionner nos explosifs comme nous le souhaitions et ainsi gagner de précieuses minutes au moment de l’assaut. Vous voyez d’ailleurs dans les films les deux artificiers du RAID qui positionnent les charges d’explosifs au dernier moment dont l’une tombe et nécessite le fait qu’il la remette en place. Perdre du temps, c’est le risque de mettre en danger la vie des otages. Être filmé met une pression supplémentaire et divulgue des informations comme certains de nos moyens matériels que nous préférerions ne pas montrer afin de garantir leur efficacité ultérieure. On sait pertinemment que ces chaînes d’infos sont une donnée que l’on doit désormais prendre en compte. Le point positif, c’est que voir ainsi nos unités, et ce rempart qu’elles sont pour la République, fera peut-être que certains terroristes en herbe n’oseront pas passer à l’acte.

Thierry Orosco : Dans le livre on a essayé de faire ressortir le fait que toute la finesse de l’intervention afin d’éviter d’agir trop en force, c’est la surprise. Que les médias puissent aujourd’hui filmer est une contrainte que l’on intègre nécessairement. Déjà, en 1994, je vous rappelle que l’assaut de l’Airbus sur le tarmac de l’aéroport de Marignane avait été filmé. Pour nos unités, il faut pouvoir conserver une forme de mystère qui entretient cette capacité de surprise. C’est un facteur primordial. Tant que la surprise sera présente, nous ne serons pas obligés de ne travailler qu’en force. Le jour où nous serons réduits à cela, nos assauts seront de fait moins chirurgicaux et il y aura donc des dangers accrus pour les otages.

Cliquez sur l’image pour commander le livre

Dans vos unités d’élite que sont le RAID ou le GIGN, on apprend à vivre avec la mort qui plane sur chaque mission, on y est préparé forcément mais est-ce pour autant un poids lourd à porter surtout face à des terroristes pour qui la mort s’apparente à une délivrance, un acte héroïque ?

Jean-Michel Fauvergue : À l’hyper Cacher, Coulibaly ne sort pas comme un désespéré mais comme lui l’a choisi afin de mourir en martyr. C’est ce qu’il souhaitait comme le recherchaient avant lui Merah et les frères Kouachi. D’où l’intérêt d’abandonner la négociation pour la transformer en contact. Nous sommes dans des unités qui côtoient la mort, trois membres du RAID étant décédés en opérations. On côtoie également la mort des autres, celle des désespérés qui mettent fin à leur jour, des prises d’otages familiales avec des personnes en détresse psychologique et qui assassinent leur entourage… On est confronté à ces morts violentes que l’on intègre lorsque l’on prend le commandement de telles unités. Il est vrai que j’ai toujours été hanté par l’idée de perdre des hommes de chez moi pendant des assauts, ce qui heureusement n’a jamais été le cas. RAID et GIGN savent que cette menace est là et c’est une donnée que l’on intègre. Mais il faut comprendre qu’aujourd’hui, cette notion de mort est également quelque chose qui frappe le policier ou le gendarme de patrouille qui ne bénéficie pas des équipements offensifs ou défensifs de nos unités. La violence dans la société a largement augmenté et celle contre les policiers et les gendarmes est en forte augmentation. La mort est donc à prendre en compte sur toutes les strates de la police comme de la gendarmerie nationale.

Thierry Orosco : La devise du GIGN, c’est « s’engager pour la vie » ce qui signifie que la vie de l’otage est supérieure à tout le reste, au péril même de sa propre vie. C’est donc une donnée qu’il faut intégrer lorsque l’on entre au GIGN. Maintenant, ce n’est pas parce que l’on dit que l’on est prêt à donner sa vie pour sauver un otage qu’il y a chez nous une forme d’inconscience. Comme le dit Jean-Michel, on s’appuie d’abord sur une sélection méticuleuse avec des gens qui ne sont pas des têtes brûlées, qui ont confiance en eux, en leurs camarades, en leur équipement, dans la tactique mise en place… Tout cela fait que l’on se drape d’une armure psychologique pour aborder au mieux ces moments pendant lesquels on va être surexposé et approcher la mort au plus près. Sans aucun doute, aujourd’hui, les gendarmes comme les policiers de ces unités d’élite sont les mieux préparés à faire face à cette donnée qu’est la mort. Ils sont d’ailleurs mieux formés à ce paramètre que ce soit avant et après l’opération. Le plus dur, c’est pour celles et ceux qui sont moins préparés et pour qui la mort survient tel un véritable choc.

Dans un récent reportage diffusé à la télévision, vous disiez Monsieur Fauvergue que l’entrée dans le Bataclan sur cette scène apocalyptique et ce charnier en plein Paris avait été le moment peut-être le plus éprouvant de votre carrière. Comment parvient-on, même lorsque l’on est comme vous aguerri à des situations dramatiques, à se remettre de telles horreurs ?

Jean-Michel Fauvergue : Tout flic ou tout gendarme qui a passé sa vie sur le terrain a toujours une image forte, terrible gravée en mémoire tout comme des moments extraordinaires heureusement. Pour moi, il n’y a rien de pire que ce que j’ai vu au Bataclan. En 40 ans de Police, j’avais déjà connu des moments durs mais là…

On était concrètement dans une zone de guerre en plein Paris ?!

Jean-Michel Fauvergue : C’est exactement ça ! C’est quelque chose qui vous reste chevillé au corps, à l’esprit et vous marque pour tout le restant de votre vie.

Thierry Orsoco : On fait ce métier pour des images merveilleuses de sauvetages mais il ne faut pas oublier que ces scènes d’atrocités souvent vécues dans le feu de l’action et avec l’adrénaline peuvent laisser des traces, des blessures psychiques profondes. Les militaires en revenant d’Afghanistan ont découvert le syndrome post-traumatique qui avait déjà été étudié par les américains. Ces blessures-là, ce n’est pas en buvant un verre ou en prenant une aspirine qu’elles vont passer. Il y a des traumatismes face auxquels il convient d’être réaliste et il faut alors aider les gens à passer le cap afin que cela ne les hante pas toute leur vie durant.

Jean-Michel Fauvergue, vous êtes avec votre collègue LREM Alice Thourot à l’origine d’un texte de loi sur la « sécurité globale » comprenant le renforcement des pouvoirs de la police municipale et des agents de sécurité privée, l’utilisation des drones et caméras portées directement par les agents dans une grande variété de situations, une forte limitation de la diffusion des images de policiers, ou encore le droit pour ces derniers de conserver sur eux leur arme de service hors des heures de travail y compris dans les lieux publics. Cet acharnement des réseaux sociaux sur les policiers ou les gendarmes depuis la vague des gilets jaunes, ça vous inspire quoi ?

Jean-Michel Fauvergue : Je ne sais pas si c’est hélas quelque chose de nouveau. Cette haine du policer comme du gendarme n’est pas, loin s’en faut, systématique. Par contre, elle s’est effectivement systématisée de la part d’une minorité agissante qui n’hésite plus à aller au contact, à blesser et peu importe pour eux si derrière les uniformes il y a des hommes et des femmes dont ils peuvent ôter la vie ! Nous sommes dans une société où l’autorité quelle qu’elle soit est battue en brèche qu’il s’agisse du policier, du gendarme, du politique ou de l’enseignant ! Nous sommes aujourd’hui sur un mode sociétal individualiste et parfois même nihiliste qu’il conviendrait d’étudier en profondeur. Nous vivons un total bouleversement des valeurs où, pour certains, le policier qu’ils vont avoir en face d’eux dans la rue sera le symbole du mal absolu alors que son rôle est de protéger la population et la sécurité de ses concitoyens. Actuellement, cette haine du policier qui s’est déjà produite dans l’histoire est mise en scène et décuplée par l’omniprésence des réseaux sociaux dont certains se servent pour déverser leur haine. Certains vont jusqu’à traquer le policier pour voir où il habite, où sa femme emmène les enfants à l’école… Et attenter à son intégrité physique. C’est cela que cette nouvelle loi tente de protéger dans un monde en pleine mutation.

Thierry Orosco : Je ne suis pas persuadé que ce sentiment ultra médiatisé de la supposée haine du flic comme du gendarme soit l’apanage de tous. Par contre, celles et ceux qui sont en fonction attendent que certains se positionnent pour les soutenir. Que ce soit les politiques ou cette majorité silencieuse qui après les attentats du Bataclan était venue les embrasser. Il ne faut que ce ne soit qu’en période d’attentats que l’on se rappelle que ces forces de l’ordre nous protègent, parfois au péril de leur vie. Les français ne doivent pas avoir la mémoire trop courte ! Il est important de protéger ceux qui nous protègent comme le dit Jean-Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *